Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2018

Séance de bouturage au Gabugy samedi 20 octobre 2018

Le bouturage permet de multiplier une plante en gardant le même patrimoine génétique, ce qui n’est pas le cas à partir d’une graine (issue de la fécondation). C’est particulièrement intéressant lorsqu’on a un arbre âgé produisant de beaux et bons fruits pour reproduire cet arbre méritoire à l’identique.


Un grand nombre d’espèces se prête à cette technique, notamment les arbustes, plantes aromatiques, arbres fruitiers, et bien d’autres. Pour cela, il faut prendre une branche d’environ 25cm de long ayant poussé dans l’année. Elle doit avoir une partie aoûtée (avec du bois). Couper les feuilles sans les arracher. 2/3 de la tige seront mis en terre. Le tiers de la tige restant à l’air libre comportera au moins 2 bourgeons d’où naitront des feuilles dès le printemps. La période idéale pour le bouturage est l’automne (« à la Sainte Catherine, tout bois prend racine »). La terre ne doit pas être trop riche (un compost peut apporter des champignons ou des maladies qui empêcheront la bouture de prendre). Un lit de sable drainant donne en général de bons résultats. Pour favoriser la reprise, on peut apporter des hormones : faire macérer des branches d’osier dans de l’eau pendant quelques jours, puis tremper la tige à bouturer dans cette solution avant la mise en terre.

La bouture à l’étouffée est une variante qui peut se pratiquer tout au long de l’année. Le principe est de fournir une quantité d’eau à la bouture au départ et de l’encapsuler pour éviter l’évaporation. L’eau restera prisonnière par exemple dans une bouteille en plastique. Il existe de nombreux tutoriels sur internet. Les bourgeons prennent au bout d’un mois lorsque toutes les conditions favorables sont réunies et que l’exécutant maitrise la technique !

Pour la partie pratique, nous avons effectué des boutures de figuier et de romarin dans le bac à sable au jardin école du Gabugy (voir photo). Plusieurs plants de lavande et autres arbustes ayant bouturé au court de l’année écoulée, nous les avons mis en pot pour libérer de la place dans le bac à bouturage. Ils pourront être échangés lors de notre prochain troc de plantes.

Bac-boutures.JPG

Écrire un commentaire