Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2014

Ma rencontre avec Maurice Chaudière

quand le projet se réalise...


C'était écrit...

destin ou coïncidence, c'est suite à quelques entretiens sur l'action des Croqueurs, qu' un ami m'a prêté le livre ' La forêt fruitière ' de Maurice Chaudière.

Intrigué par ce titre qui résonnait dans ma tête, mais oui, évoquant cette association de Cluny, j'ai dévoré ce livre dans la soirée. J'y retrouvais un thème qui m'avais valu quelques railleries lorsque j'évoquais la possibilité de créer une promenade fruitière dans l'espace urbain à l'orée des zones agricoles qui voisinent mon hameau. J'y trouvais bien plus, par exemple l'évidence de l'adaptation des arbres établis spontanément, la nature autrement dit ; et le gain de temps par rapport à une transplantation, la culture Accessoirement aussi une curiosité vis à vis de possibles mariages chimériques de variétés, proches de l'exotisme. En particulier le cas du pistachier greffé sur térébente avait suscité ma curiosité et l'envie de tenter cette expérience.

Par internet je trouvais rapidement des pépiniéristes du sud qui proposaient l'objet de ma convoitise à leur catalogue. Je profitais du passage d'un collègue dans les parages, mais les choses avaient changé, ce n'était plus d'actualité. Déçu, je classait mon envie à la case des projets futurs, lorsque dans une discussion avec une usagère de l'espace associatif qui abrite notre activité, je me trouvais en présence d'une personne qui connaissait Maurice Chaudière pour avoir résidé chez lui et l'avoir aidé après le grave accident qu'il avait eu il y a environ cinq ans. Aussitôt je formulais l'envie de le rencontrer, car j'avais appris que l'apiculture et la céramique que je pratique depuis peu, étaient les compléments de sa passion de greffeur, d'écrivain philosophe et artiste. La cerise sur le gâteaux, la Sarrazine ou réside M Chaudière se trouve à un jet de pierre de l'endroit ou réside une autre de mes icônes, Pierre RHABI.

Le rendez vous fut pris rapidement, mais ma chance m'a abandonnée pour Pierre Rhabi, un média télévisuel avait pris les devant.DSC01873.JPG

L'endroit est merveilleux, et ce n'est pas un hasard qu'il réunisse tant de défenseurs de la nature, qui bien sur se connaissent, et qui souvent ont collaboré sur des projets communs.

 

Le Hameau des Buis, situé au centre de ce haut lieu, abrite aussi un grand nombre de personnes éco responsables, j'y ai rencontré Madame Sophie, fondatrice de 'La Ferme des Enfants' . J'y ai également rencontré Jean à l'occasion d'une randonnée sur le sentier René Roche. Il entrait en résidence et signait son bail le jour même. Avant il était paysagiste ayant travaillé en Afrique, collaboré avec Pierre Rhabi, il venait prendre une retraite paisible au Hameau.

 

Les commentaires sont fermés.